logo-inriaMédiation scientifique en Sciences du Numérique

Action de médiation scientifique en sciences du numérique: une introduction

Pour caractériser ce que -dans les faits- la médiation scientifique en sciences du numérique peut recouvrir côté Inria, le plus parlant est de lire ici comment les équipes de recherche, chercheurs et collègues du soutien et support à la recherche, définissent et évaluent cette activité.
On voit aussi que l'importance de cette action s'incarne dans le fait que c'est bien un élément d'évaluation de nos actions.

La médiation scientifique : une caractérisation

Nos sciences informatiques et mathématiques ont un impact significatif sur l'évolution de notre société, devenue « numérique ». Il est donc essentiel d'expliquer à nos concitoyens et nos décideurs nos fondements scientifiques (savoirs et méthodes), et les changements technologiques qui en résultent. Nous devons les aider à devenir des citoyens éclairés sur ces sujets, tout en partageant avec eux ce plaisir que nous avons de faire un métier passionnant.

La médiation scientifique concerne ainsi toutes les actions à destination de publics sortant du cercle professionnel habituel des chercheurs : enfants et jeunes, curieux de la science, grand public, décideurs politiques et partenaires sociaux-économiques. La médiation fait intervenir le chercheur, source du contenu scientifique. Pour démultiplier notre message scientifique, certaines activités de médiation impliquent aussi d'autres personnes  : professionnels de la communication et des médias (nationaux ou de proximité), enseignants et autres médiateurs. Enfin, on ne parle pas de médiation scientifique dans les cas suivants :

  • un enseignement s'inscrivant dans un programme universitaire disciplinaire (enseignement),
  • un séminaire scientifique pour des collègues (diffusion de la recherche),
  • une présentation à destination de partenaires industriels prospectifs ou actuels (valorisation technologique).

Ces autres activités, tout à fait pertinentes pour un chercheur ou une équipe, sont déjà évaluées par ailleurs.

Éléments d'auto-appréciation des activités de médiation scientifique

Le premier article du Code de la Recherche mentionne la diffusion de l'information scientifique comme l'un des buts de la politique nationale de recherche et de développement technologique. La médiation scientifique est l'une des missions de l'institut, et rentre donc en compte dans l'évaluation des chercheurs (dossiers de promotions, recrutement, entretiens annuels) et des équipes (raweb, fiches de synthèse). Les critères énumérés ci-dessous sont là pour vous aider à décrire votre activité de médiation scientifique. Dans tous ces points, mettez en valeur votre propre contribution, en particulier dans le cas d'une action collective. Vous n'êtes pas obligé de répondre linéairement, ni à tous les points.

Actions personnelles de médiation

Les actions de médiation scientifique sont variées, fête de la science ou lors d'autres événements scientifiques : conférence, intervention dans un établissement scolaire, dans une médiathèque, interview radio ou télé... Certaines actions de médiation sont l'occasion d'une rencontre personnelle entre le public et le chercheur, rencontre qui peut faire que des « étincelles s'allumeront dans les yeux ». D'autres actions ont vocation à atteindre une très large audience, comme la participation à un film ou la rédaction d'un article sur )i(nterstices ou dans des journaux scientifiques pour le grand public. Vous décrirez chaque action de médiation en vous appuyant sur les points suivants :

  • Contexte : lieux, dates ? cadre et partenaires éventuels ? durée ? action ponctuelle, répétée, articulée dans le temps ?
  • Originalité, prise de risque ?
  • Public : enfants, jeunes (quel âge/classe), adultes ? curieux, grand public, administratifs, décideurs ... ? rencontre individuelle ou collective (taille de l'audience) ?
  • Contenu utilisé : usage unique (article de journal avec copyright) ? réutilisable (expliquer, voir ci-dessous) ?
  • Quel était l'objectif pour le public ? et pour vous ? et pour l'institut ?
  • Y-a-t-il eu des retombées après l'action ?

Création de contenus partageables

Chaque action de médiation scientifique utilise un ou plusieurs contenus (documents, animations interactives, démonstrations, films, objets)… Créer ces contenus demande du temps, et nous avons intérêt à ce que ces contenus soit partageables et transformables. En décrivant votre action de création de contenus, vous pourrez utiliser les critères suivants :

  • Réutilisabilité : contenu pour vos interventions, ré-utilisable par un collègue ou un médiateur ? contenu autonome accessible aux curieux de science ?
  • Disponibilité et transformabilité : sur le web (bien non rival), objet physique ? Sous quelle licence ? Appropriable par d'autres ?
  • Originalité : reprise d'un contenu existant, amélioration d'un contenu existant, création originale ?
  • Maturité : utilisation ponctuelle, récurrente, contenu primé ou retenu dans une action de prestige ?

Efforts associés

Si cela vous semble pertinent, vous pouvez décrire le temps et l'effort nécessaires à la préparation et à la réalisation de ces actions et de ces contenus, ainsi que les tâches organisationelles (mobilisation de collègues, montage de partenariats, négociation du contenu et de la thématique...)

Auteur

Mathieu Giraud et al, Commission d'Évaluation Inria (ce texte est un document de référence qui permet aux chercheurs d'auto-apprécier leurs actions de mécsci)